Vega Burger

20170202_135103

Je n’en reviens pas que la dernière recette soit celle du smoothie d’or, spécial « défenses immunitaires » ! Je déteste laisser passer autant de temps entre les publications d’articles de ce blog, et je le vis souvent assez mal (mais je me soigne). Pourtant, cette fois-ci… je le vis plutôt bien ! 🙂

J’ai de bonnes raisons

Entendons-nous, je reste en permanence très frustrée de ne pas trouver le temps de diffuser davantage de recettes sur ce blog, car cela reflète très peu mon quotidien : je cuisine toujours autant, je prends en photo tout ce que je prépare (parce que le goût me plaît, parce que les couleurs sont belles, parce que le soleil parle à mon assiette…), les idées fusent, s’inscrivent sur des post-it, près de la cafetière ou à côté du mixeur, les essais sont mon leitmotiv journalier. Tellement excitant… Les photos sont belles, je me dis alors « ce soir, j’écris le billet qui ira avec », et le soir je ne trouve plus le courage de le faire ou je ne suis pas chez moi. Les jours et les semaines passent, les idées évoluent et s’“obsolétisent” (pourquoi il souligne en rouge, le correcteur, je ne comprends pas ! ;-)). Je veux dire qu’elles me semblent toujours inédites à un instant, et sont concurrencées par d’autres dès lors que de nouvelles arrivent… Alors elles s’entassent dans mes brouillons, dans mes fichiers et ne voient parfois jamais le jour.

Sauf cette fois ! Le Vega Burger a une histoire particulière : je l’ai découvert dans un magasin aux Pays-Bas, nous l’avons goûté, particulièrement apprécié et je me suis mis alors en tête de le reproduire. J’ai traduit la liste d’ingrédients et j’ai tout refait. Je ne m’attendais pas à ce que cela fonctionne si bien… Il a, d’une part, conquis mon carnivore d’homme qui le déguste même sans moi :

wp-1485817151667.jpg

Mais il m’a aussi totalement convaincue !

Alors cette fois, je ne laisserai pas le temps avancer pour moi. Cette recette a été réalisée il y a un bon petit mois, mais elle ne pouvait pas ne pas apparaître sur le blog : c’est une des plus réussies.

La liste des ingrédients est un tout petit peu longue (et encore, j’ai enlevé la Maltodextrine, pensez bien !) mais je vous assure que ce steak est celui qui m’aura le plus enchantée. Sans doute grâce à sa texture, il me donne vraiment la sensation de manger un burger « classique » (pour autant que l’on aime ça). On a souvent tendance à utiliser les protéines de soja texturées et le seitan séparément, mais les deux ensemble forment en fait un très bon duo.

Je regrette juste une chose : j’utilise du blanc d’œuf pour la réaliser et j’avoue que je ne le trouve pas vraiment substituable. Il permet de cuire l’ensemble et que tout se tienne bien (c’est souvent le défaut des steaks végétaux, ils s’effritent un peu) sans que l’on ait à rajouter des graines de chia, de lin, ou du psyllium. Mais à essayer aussi !

J’ai réalisé plusieurs fois cette recette déjà, les photos datent d’un jour où j’avais préparé ces steaks de façon fine, mais plus épais ils sont encore meilleurs (je trouve !).

20170202_140737

20170202_140840 20170202_135423

 ~

Je suis heureuse de revenir avec cette recette de « simili-carné »… que j’ai déjà hâte de préparer bientôt pour mon nouveau cher et tendre « colocataire parfait »… 🙂

 ~


Ingrédients pour 4 burgers :

  • 140 g de protéines de soja texturées
  • 125 g de seitan
  • 3 càc d’arrow-root (ou fécule de pomme de terre, Maïzena…)
  • 1 càc d’huile d’olive (ici l’huile d’olive Richard, aromatisée naturellement à l’ail)
  • 1 échalote
  • 3 càc de blanc d’œuf en poudre (vous pouvez aussi utiliser un blanc d’œuf classique, mais il faudra peut-être augmenter la part d’ingrédients secs : fécule ou son d’avoine).
  • 3 càc de son d’avoine
  • 2 càc de flocons d’oignons
  • 4 tours de moulin de sel
  • 2 càc d’origan
  • 2 càc de paprika
  • 1 càc d’ail en poudre

Préparation :

  1. Je ne saurais vous donner réellement une marche à suivre, si ce n’est…. TOUT MIXER ensemble !
  2. Les étapes ne résident pas vraiment dans la technique de préparation ou l’ordre des ingrédients, mais dépend plutôt de votre matériel de cuisine. Rien de perfectionné mais avoir tout de même un mixeur avec un bol comme celui-ci par exemple.
  3. Formez ensuite des palets (une boule aplatie). ATTENTION : à ce stade, la préparation ne se tient pas ! Elle reste très friable. C’est pourquoi je conseillerais vivement d’utiliser un emporte-pièce avec poussoir, comme ici.
  4. Déposez dans une poêle bien chaude sans matière grasse (il y a de l’huile dans la préparation donc ce n’est pas sec).
  5. Cuire environ 5 min de chaque côté.
  6. Agrémenter ensuite comme vous le souhaitez : en hamburger de pain ou de salade, ou en guise d’apéro avec une petite sauce à côté.

wp-1485817151694.jpgwp-1485817151669.jpg 20170130_123223 wp-1485817151672.jpg wp-1485817151684.jpg

20170202_141120

 

Publicités